Deux sœurs de Marie Réconciliatrice prononcent leurs vœux à Val-de-Reuil

Depuis 13 ans, la congrégation des Sœurs de Marie Réconciliatrice œuvre à Val-de-Reuil. Elle est composée de 35 membres, sept sont du Brésil ou de la République démocratique du Congo.

Aujourd’hui samedi, à 11 h, les sœurs Marguerite-Marie et Marie-Odette vont prononcer leurs trois vœux en l’église de la Fraternité à Val-de-Reuil : la pauvreté, l’obéissance et la chasteté.

Une cérémonie solennelle car elles s’engagent pour la vie avec le Christ.

 

voeux-soeurs

« Dans la vie religieuse, on procède par étapes : le postulat, le noviciat et le juniorat. Cela peut durer entre six à neuf ans. Il faut être sûr de son engagement et en accord avec le charisme de sa congrégation », explique sœur Marie-Bruno, la responsable de la congrégation.

Du Congo à la France

Les deux bénédictines* ont suivi toutes ces étapes, depuis le Congo jusqu’à la France. « Nous avons rencontré les Sœurs de Marie Réconciliatrice en République démocratique du Congo. Nous avons cheminé avec elles. Nous avons appris les règles de vie de notre congrégation régie par le droit canonique. Nous sommes ici depuis six ans », témoignent-elles.

Au fil des années, sur lettre de motivation et de validation de leur responsable, elles ont effectué des demandes de profession temporaire. « En tant que responsable, nous avons le devoir d’éclairer. Je suis tenue de faire un rapport de quatre pages sur ce que je vois et ce que je comprends. Je les aide à comprendre notre congrégation », renchérit sœur Marie-Bruno.

Des sœurs sur le terrain

Il n’est pas rare de rencontrer ces sœurs au supermarché ou de les voir arpenter la dalle. « Nous sommes sur le terrain. D’ailleurs, nous habitons au milieu des familles. Nous agissons vers les jeunes. Parfois en civil, le temps d’un été nous sommes animatrice en centre de loisirs », explique sœur Marguerite-Marie.

Catéchèse, service évangélique, visites des familles et animations, les religieuses sont sur le terrain. D’ailleurs, il y a quelques jours elles mangeaient dans un restaurant sur la dalle avec un groupe de jeunes en préparation des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ).

Source : Paris Normandie

* Les Soeurs Marguerite-Marie et Marie-Odette ne sont pas des bénédictines mais des soeurs apostoliques de la congrégation de Marie réconciliatrice (spritualité vincentienne).